carpejenn.com le confinement covid19

Hello l’amie! Cela fait maintenant un peu plus de deux mois que nous avons complètement changé nos modes de vie, #covid19 oblige. Nous vivons cette période très différemment, selon notre lieu géographique, notre âge, notre activité professionnelle, notre situation familiale… Pour certains cette période est une aubaine, pour d’autres un véritable enfer.

En ce qui me concerne, j’ai la grâce de vivre cette situation plutôt positivement, je vis avec mon chéri, dans un appartement assez spacieux pour tous les deux. Nous sommes tous les deux en télétravail, et on arrive à associer cohabitation et moment à soi facilement.

Avant de rentrer dans les détails de ce que le confinement m’a “apporté” je tiens à relativiser les choses. Sur les réseaux sociaux on voit beaucoup de “conseils” qui bien souvent ressemblent plus à des injonctions négatives vivant à nous culpabiliser, du style “à la fin du confinement ta vie doit avoir changé” ou encore “le confinement est une aubaine pour la création”. Je n’ai aucun doute sur le message positif de base mais celui-ci peut être vécu comme stressant et anxiogène (de manière consciente ou non). Si je devais véhiculer un message concernant le confinement ce serait “un jour à la fois” : fais du mieux que tu peux chaque jour, peu importe le projet ou le sujet concerné.

CE QUI A CHANGE DANS MA VIE DEPUIS LE DEBUT DU CONFINEMENT

LE SPORT : MOINS D’INTENSITE, PLUS DE RESULTATS !

Aussi incroyable que cela puisse paraître j’ai perdu environ 4 kilos depuis le début du confinement. Comme beaucoup, je suis abonnée à une salle de sport, comme beaucoup je me suis retrouvée dans l’incapacité d’y aller. Que faire ? les réponses sont tellement évidentes qu’elles sont bêtes : j’aime courir > je vais faire des running dehors. Je n’aime pas la muscu mais je sais qu’il faut que j’en fasse : je fais de cours youtube. Qu’est ce qui a réussi à faire la différence du coup ? En salle, je me buttais : quand je faisais du tapis, j’en faisais une heure minimum et je me challengeais pour augmenter ma vitesse de course. Pareil concernant le renforcement : je faisais des circuits incroyablement longs et pénibles en me disant que plus je bosse dur, plus j’aurai de résultats. Mon rythme était très aléatoire, une semaine je me rendais 5 fois à la salle, la semaine suivante 2, puis 4, puis rien pendant 2 semaines… Bref mode shuffle. Depuis le début du confinement, étant moins active physiquement, je me suis dit que ce serait bien si j’arrivais à faire 30 min d’exercice par jour pour compenser l’activité générée par mes déplacements physiques en temps normal. 30 min c’est que dalle! ça passe à une vitesse ! C’est tellement court que ça se fait facilement. Mon objectif n’était pas de maigrir ou de perdre du poids, car pour moi ce n’est pas 30 min par jour qui allait faire la différence (et pourtant si!), mon objectif était de compenser le fait de ne pas bouger (télétravail : 8h à 10h par jour assise devant mon écran). J’ai vraiment été surprise quand j’ai commencé à constater des résultats au bout de 3 semaines, résultats que je n’attendais pas. C’est à ce moment là que le mot REGULARITE a pris tout son sens dans mon esprit. 30 min par jour 4 à 5 fois par semaine vaut mieux que 2 heures deux fois par semaine. Au bout de 4 autres semaines supplémentaires, les résultats se sont poursuivis : j’ai redécouvert mes lignes abdominales, et surprise : il s’avère que j’ai des muscles dans les bras! Du coup je me demande si à la fin du confinement je vais vraiment retourner à la salle ? Ce rythme running/cours youtube me convient assez bien, et en plus j’économiserai des sous.

LE TEMPS : UN DES BIENS LES PLUS PRECIEUX

En temps normal, pour me rendre à mon boulot, je mets environ 30 minutes porte à porte. Soit une heure par jour, soit 5 heures par semaine ouvrée, soit 20 heures par mois (presqu’une journée entière!) Ca a été un véritable combat de ne pas succomber et octroyer ce temps supplémentaire à ronfler plus dans le lit chaque matin et zoner sur mon ordi après la journée de télétravail. Mon rythme de sommeil moyen avant le confinement était très correct, je n’étais pas en manque de sommeil. Je me suis fait violence chaque jour pour ne pas “gaspiller” ce temps et l’utiliser à bon escient. J’ai 1000 activités que j’aimerai caser dans ma journée et que j’estime ne pas avoir la place pour, c’était donc très facile d’en choisir une : le développement de compétences. Comme tu le sais peut-être j’aime beaucoup l’art visuel, surtout la photographie. Je suis loin d’être une professionnelle mais ce sujet m’intéresse et chaque jour je passe maintenant une heure à m’instruire sur le sujet à travers des contenus aussi diverses que variés.

JE MEDITE !

Je ne suis pas une personne qui médite beaucoup, et j’ai décidé d’essayer, je ne fais pas des séances hyper longues, entre 10 et 20 minutes max. Je mets une mélodie apaisante en fond sonore, et je me laisse porter par le flot de mes pensées. Au début c’était très chiant, je n’avais que les sujets qui me stressaient qui me venaient à l’esprit. N’arrivant pas à les combattre je me suis concentrée sur comment les solutionner si c’était dans mes cordes, et comment lâcher prise si je ne pouvais rien (notamment par la prière).

Concernant les sujets de méditation plus gais, j’ai plus ou moins une vision claire de mes objectifs à long terme : fonder une famille, retourner vivre en Afrique, continuer de travailler dans un environnement qui me passionne… Et au niveau altruiste alors? C’est bien beau tous ces projets, mais quelle est ma valeur ajoutée en temps qu’être humain? Je réfléchis de plus en plus à impacter la vie des “autres” d’une manière positive. Je sais que cela ne passe pas forcément par un projet méga balaise, la bienveillance c’est tous les jours, dans les petits actes et ça commence avec son entourage proche, et je trouve qu’aujourd’hui je n’en fais pas assez.

LES ECONOMIES : 200€ EN MOYENNE PAR MOIS !

Mon compte bancaire vit sa best life depuis mars : Entre le navigo remboursé, l’essence que je n’ai pas à mettre dans ma voiture vu que je ne roule pas, les courses en gros, la salle de sport qui ne me prélève pas, j’économise environ 200€ par mois, pas mal non? Evidemment premier réflexe, tout claquer dans les dernières air force…. Mais non non non, aint about that life anymore ! on reste concentré, on investit dans les projets !

Si le confinement m’a aidé dans les domaines cités ci-dessus, il m’a aussi apporté un lot de déception :

  • Le décalage de mon mariage. Nous avons fait la dot en 2018 et prévu de faire le reste (marie, église) cet été, il a fallu tout mettre en pause, je te raconte même pas la merde logistique qui en suit…
  • Le décalage du mariage d’une de mes meilleures amies, prévu ce printemps, et par conséquent l’annulation de mon voyage au Canada pour m’y rendre. Pas de remboursement du billet par la compagnie aérienne, mais un avoir valable un an (c’est déjà ça)
  • Etre loin des siens : je pense que c’est la douleur la plus lourdement partagée. Ne pas voir sa famille, ses amis. Etre impuissant face à la détresse de certains de nos proches, ne pas pouvoir dire au revoir à ce qui partent… Plusieurs personnes parmi mes proches ont été contaminés, et malheureusement certains ont succombé au virus.

LE MOT DE LA FIN

Même si on peut trouver des points positifs dans cette situation, elle reste quand même tragique au niveau mondial. Elle remet en cause de manière très flagrante notre style de vie et l’impact négatif de la mondialisation (notamment à travers notre dépendance à la Chine qui aujourd’hui est clairement l’usine du monde). On peut avoir l’impression qu’en tant qu’individu, notre poids est très relatif pour un changement vers un monde meilleur, et cela est vrai. Mais le plus important à mon sens c’est de contribuer, de faire sa part.

Et toi, quels changements as-tu vécus pendant ce confinement ? Dis moi tout en commentaire  👇

One thought on “Ma vie confinée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *