ile maurice 2017 carpejenn.com

Fin août 2017 ! Babe et moi décollons pour notre voyage de couple annuel, et la destination que nous avons choisie cette année est l’Ile Maurice ! Nous avons longtemps hésité, et face aux arguments d’une amie Mauricienne, nous avons tout simplement cédé.

Avant de nous y rendre, nous avons vérifié la météo, et l’impression que nous avons eu c’est confirmer à l’arrivée : le temps était plutôt instable, des grands soleils suivis de grandes pluies, mais dans l’ensemble cela ne nous a pas empêché de profiter. Voici un petit récap vidéo de notre séjour :

L’HÔTEL : LE ZILWA ATTITUDE

Nous avons logé au ZILWA ATTITUDE situé au nord de l’île. Notre chambre était très jolie et le service impeccable. L’hôtel propose 3 piscines, et des bars répartis un peu partout. Le top reste quand même la plage et l’île privée ou des barbecues sont organisés par l’hôtel plusieurs fois par semaine.

Concernant les activités, voici celles que nous avons préférées :

PORT-LOUIS, LA CAPITALE

Nous ne pouvons évidemment quitter un pays sans visiter la capitale. Dans notre hôtel au bord de la mer, on est un peu dans une bulle car on est entourés de touristes et de « luxe », et on ne voit pas forcément le quotidien mauricien. La visite du centre-ville permet de rétablir l’équilibre. Nous avons consacré une demi-journée à la visite du centre-ville, nous avons flâné dans les rues, manger un restaurant local, et évidemment fait un tour au marché où nous avons acheté des produits locaux.

LA CHUTE DE CHAMAREL ET LA TERRE AUX 7 COULEURS

Située au Sud-Est de l’île, c’est l’une des attractions les plus connues de l’île. La chute fait 100 mètres de haut, elle est très jolie mais je n’ai pas été spécialement impressionnée (on ne contrôle pas ses sentiments, que veux-tu!). La terre aux 7 couleurs située juste à côté (bien pratique) a par contre beaucoup plus fait palpité mon coeur. Les couleurs sont vraiment magnifiques, harmonieuses, douces et chaudes. La variation de couleurs est due aux oxydes minéraux contenus dans les cendres du volcan qui ont formé la terre (c’est là que tu te dis que les cours de SVT c’était pas si superflu que ça)

Pour préserver cette terre il n’est pas possible de marcher dessus, il faudra se contenter de la dévorer avec les yeux. Ce qui est très bien aussi.

Avant de quitter la région sud-est, nous avons également fait un tour au Parc national des gorges de Rivière Noire, parc dont les paysages valent le détour.

LE VILLAGE DU CAP MALHEUREUX

Situé dans le nord, le village doit son triste nom aux nombreux naufrages qui ont eu lie dans les environs, est vraiment tout petit! Quelques maisons, et une chapelle emblématique en bord de mer ont suffi à faire de cet endroit une des destinations touristiques emblématiques de l’île. L’eau y est vraiment très belle et fonction de la lumière et de l’heure de la journée elle prend des teintes vertes et bleues magnifiques.

LE JARDIN PAMPLEMOUSSE

Le nom de ce jardin est tellement mignon, que j’étais déjà séduite avant d’y mettre les pieds. A l’époque, je n’avais ni vu ni entendu parlé des Garden by the bay de Singapour (depuis, aucun jardin ou parc ne m’impressionne plus que ceux de ce pays) et j’avais hâte de voir les fameux nénuphars du jardin dont mon amie m’avait tellement parlés. Et effectivement, je n’avais jamais vu autant et d’aussi gros nénuphars dans un seul endroit. Le parc est vraiment très agréable, nous y avons flâné environ une heure et découvert des espèces de plantes.

LA MANGROVE

Sûrement le meilleur souvenir que je garde de ce pays, pour la simple et bonne raison que c’était la première fois de ma vie que j’avais une mangrove à disposition pour moi toute seule (et j’ai eu la grâce de revivre cette expérience à Zanzibar). Un cadre magnifique, du soleil, un bateau et mon homme, que demander de plus ?

non mais on en parle ?

LE LIEU OU J’AI DIT OUI 💍 !!!

Bon je dois avouer, il m’a vraiment surprise, il a mis la barre très haute. Nous avons passé la demi-journée sur une île déserte que je suis incapable de la resituer sur une carte. A part l’équipe du bateau qui nous a préparé un barbecue du tonnerre et nous, il n’y avait personne. Maurice est une destination touristique, et j’étais vraiment surprise de voir qu’il y avait encore des endroits aussi préservés. Je me suis vraiment sentie privilégiée.

Notre coin de paradis rien qu’à nous pendant toute une après-midi

Et voilà c’est au coucher de soleil que la magie a opéré et que j’ai dit oui. Le temps passe tellement vite, cela fait déjà trois ans. L’année qui a suivi, nous avons fait notre mariage traditionnel au Congo, et en 2020 nous avions prévu le white wedding, mais bon le COVID19 en aura voulu autrement.

LE TEMPLE GANGA TALAO

GANGA TALAO – L’île Maurice est très diversifiée en ce qui concerne les croyances. L’hindouisme est la première religion avec 52% de la population, pour un peu moins de 30% de chrétiens, et 16% de musulmans. GANGA TALAO est un lac considéré par les hindou comme prenant sa source dans le Gange, d’où sa sacralité. Tous les ans, les Hindous du pays y font un pèlerinage (Maha Shivaratree).

LES PLAGES, EVIDEMMENT 💦

Nous avons essayé de varier au maximum les plages, et nous avons fait les grands classiques de l’île : plage de la grande borne, flic-en-flac, et quelqus unes que je n’arrive plus à restituer (c’est ça de faire les articles 1000 ans après le voyage)

Par contre si il y a une plage que je n’ai pas du tout aimé, c’est l’Ile-aux-Cerfs. Sur le papier l’endroit est magnifique mais dans la vraie vie, au secours. Les bateaux touristiques s’enchaînent pour vomir des flots et des flots de touristes. Du bruit, des transat en locations à des prix abusés, des stands de restauration pas ouf… naaan, j’ai pas validé, ce qui est vraiment dommage, car l’endroit sans tout ce monde est vraiment joli.

Te voila arrivé à la fin… J’aurais dû écrire cet article il y a un moment déjà, j’avais juste complètement oublié ! En voyant l’actualité récente sur le pays, j’ai repensé à tous les paysages magnifiques que l’île offre et ça m’a vraiment peinée. J’ai pris le temps de ressortir mon disque dur et regarder les photos, en réalisant la grâce que j’ai eu de pouvoir visiter ce pays (et tous les autres). J’espère sincèrement que la catastrophe qu’a créé ce bateau ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir pour les habitants, dont beaucoup vivent grâce au tourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *